Terres fascinantes : l’attrait du Myanmar

Terres fascinantes : l’attrait du Myanmar

En 2015, le Myanmar a tenu des élections historiques, et s’ouvre de plus en plus au monde extérieur. Depuis 2012, les sanctions sur le pays sont levées, et de plus en plus de touristes s’y rendent. Si les infrastructures ne suivent pas à la même vitesse, le pays en vaut néanmoins le détour. Petit aperçu de l’ère nouvelle de ces terres extraordinaires et complexes, où les paysages sont peuplés ci et là de pagodes dorées, et où les traditions asiatiques perdurent.

Des merveilles dorées

Le Myanmar (Birmanie), ce sont des terres différentes de tout ce que vous avez pu connaitre. C’est un pays qui surprendra même les plus désabusés des voyageurs. Soyez éblouis par le Shwedagon Paya, contemplez les 4000 stupas sacrés des plaines du Bagan, posez-vous mille questions devant le Rocher d’Or du Mont Kyaiktiyo, comme perché au-dessus du gouffre. Ce sont des sites bouddhistes importants, dans un pays où les moines sont plus adulés que des rock stars.

Le nouveau Myanmar

En 2015, le Myanmar a voté pour son premier gouvernement élu démocratiquement depuis plus d’un demi-siècle.

Les sanctions ont été abandonnées et les investisseurs asiatiques reviennent pour les affaires. Les commodités de voyage moderne, tels la couverture téléphonique mobile et l’accès internet, sont désormais répandues. Mais les changements économiques et sociaux du Myanmar demeurent confinés aux grandes villes et communes, et de grandes zones du pays restent hors-limite du fait de conflits ethniques. L’armée birmane continue de jouer un rôle clef, si moins visible, dans la politique. Le nouveau Myanmar, c’est un travail en cours.

La vie traditionnelle

Dans un pays de groupes ethniques multiples, explorer le Myanmar, c’est parfois se donner l’impression de faire le tour du monde. Malgré les changements récents, le Myanmar demeure à son cœur une nation rurale aux valeurs traditionnelles. Vous rencontrerez des hommes portant le longyi (sorte de sarong) et mâchant des noix de bétel, crachant le jus rouge-sang au sol, des femmes aux visages enduits de thanakha (une protection solaire naturelle), et des mamies fumant le cheroot (ou stogie). Les trishaws parcourent toujours les rues, et les chariots à cheval ou bœuf sont des formes de transport rural courantes. La dégustation de thé – une habitude coloniale britannique – se pratique avec enthousiasme dans des milliers de salons de thé.

Des plaisirs simples

Heureusement, le changement de rythme n’est pas accablant, et les plaisirs simples du voyage au Myanmar demeurent intactes. Descendez la rivière Ayeyarwady en vieux navire à vapeur ou en croisière luxe. Étalez-vous sur un coin de plage de la splendide baie du Bengale, randonnez à travers les forêts de pins vers des petits villages des collines du Shan, sans croiser d’autres voyageurs. La meilleure partie : vous rencontrerez des locaux gentils, plein d’humour, fascinants, bienveillants, curieux et passionnés – ils veulent jouer un rôle dans le monde, et savoir ce que vous pensez de leur pays. C’est le moment parfait pour aller les rencontrer …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *